31
Août

Par: Cied

Association FedEA

Commentaires: 0

Régulièrement, le CIED vous propose d’aller à la rencontre des associations sur le territoire du Puy-de-Dôme afin de découvrir ceux qui font vivre l’Europe. Aujourd’hui nous vous présentons la fédération des étudiants d’Auvergne.

Présentez-vous.

Wendy : étudiante en L3 Management et Présidente de la FedEA

Léa : étudiant en en M2 droit et Vice-Présidente affaires internationales de la FedEA

La Fédération des étudiants d’Auvergne.

Organisation étudiante ayant plusieurs missions ; la première c’est la représentation étudiante : nous sommes élus dans les conseils centraux de l’université et du CROUS pour défendre les droits des étudiants et apporter des améliorations. On a une mission de formation c’est à dire qu’on propose des formations pour les associations comme par exemple la gestion de trésorerie, la gestion de projet etc. On a aussi un grand volet dans l’innovation sociale avec le projet « what’s the fac » où l’on va dans des lycées pour aider les jeunes à s’orienter, à choisir un petit peu leur avenir. Enfin, la dernière mission qui se fera prochainement, c’est l’agorae qui va s’ouvrir ; c’est un lieu de vie et une épicerie sociale et solidaire.

Vous n’êtes pas une association européenne pourtant vous vous investissez dans diverses rencontres à caractère européen (convention des étudiants de l’Union européenne, à la convention de la jeunesse européenne à Strasbourg), pourquoi cet engagement ?

Wendy : Parce que Fédération des étudiants d’Auvergne, on représente tous les étudiants présents sur le territoire auvergnat. Et malheureusement, les étudiants en situation de handicap et les étudiants internationaux sont laissés-pour-compte que ce soit en terme d’intégration à l’université ou en terme d’accompagnement pédagogique et nous pensons que c’est une mission principale de bien les accueillir.

Léa : De plus, nous sommes une génération Erasmus, nous avons compris que l’Europe c’était l’avenir.

Durant le mois de mai 2018 vous organisiez un ciné-débat sur le thème du processus de Bologne, pouvez vous nous parler de l’impact de celui-ci sur la vie des étudiants ?

Le processus de Bologne c’est ce qui nous permet de partir, d’avoir un diplôme reconnu avec les crédits ECTS pas seulement en France et par cette date anniversaire, nous avons voulu célébrer ce processus important dans la vie des étudiants. Cela devient de plus en plus commun de partir en mobilité.

Comment voyez-vous l’Europe dans 10 ans ?

Léa : «  on aura notre pays à nous et on aura gagner notre deuxième pays qu’est l’Europe », de fait, j’aimerai bien que dans 10 ans, toutes ces velléités nationalistes s’effondrent et qu’il y ait plus d’échanges.

Wendy : j’espère qu’on aura un sentiment d’appartenance à l’Europe beaucoup plus important que ce que l’on a aujourd’hui, j’espère revoir le Royaume-Uni à l’intérieur de l’UE, j’espère aussi voir plus de mobilités. J’ai eu la chance de partir en programme Erasmus en Italie à Udine, et c’est vraiment quelque chose que je conseille à tous les étudiants. J’espère aussi que toutes les questions sociales vont se régler.

En tant qu’étudiant(e), qu’est ce que l’Europe change concrètement pour vous ?

Wendy : il y a 1 an, je rentrais d’Erasmus. Erasmus c’est des rencontres, c’est une autre manière de se former c’est pour cela que je conseille cette expérience. En outre, la FAGE dont est adhérente la FedEA fait partie d’un mouvement européen qui s’appelle ESU « European Student Union » qui fédère toutes les associations étudiantes d’Europe pour améliorer le processus de Bologne actuel et travailler sur les questions d’intégration des étudiants internationaux.

Léa : Nous, on connaît que la paix. Il ne faut pas oublier que c’est le point de départ de l’Europe. L’Europe c’est aussi la culture, ce sont des belles valeurs. On a de la chance d’être une génération qui peut voyager partout, c’est tellement plus facile quand c’est la même monnaie, quand on peut aller à bout à l’autre de l’Europe sans être agacé par les douanes et autres. C’est une opportunité qu’il faut pousser encore et plus loin