03
Mai

Par: Cied

Commentaires: 0

Régulièrement, le CIED vous propose d’aller à la rencontre des associations sur le territoire du Puy-de-Dôme afin de découvrir ceux qui font vivre l’Europe. Aujourd’hui nous vous présentons notre stagiaire, Daniela Teixeira

.

Olá, moi c’est Daniela et actuellement j’ai 22 ans. Je suis une portugaise qui a atterri en France, plus précisément à Clermont-Ferrand, depuis 10 ans. Ne sachant pas dire un mot en français au début, je me suis laissée emporter par la culture française. Après avoir obtenu un baccalauréat littéraire, je me suis décidée à m’aventurer dans la licence Langues, Littératures et Civilisations étrangères et régionales – portugais – parcours Média et Médiation culturelle ; D’abord pour ne pas perdre le contact avec ma culture à moi et en savoir plus sur les pays lusophones. Actuellement je suis en première année de master toujours liée à ce cursus. Ayant le goût de l’écriture depuis mon plus jeune âge et grâce aux expériences que j’ai pu avoir avec ma licence, j’ai pudécouvrir mon amour pour le journalisme mais également la radio, c’est pour ça que j’aimerais travailler dans ces domaines plus tard.

Simplement, qu’est ce que l’Europe pour toi ?

L’Europe pour moi, en un seul mot, je dirais l’union. C’est une union de pays qui ont décidé de dire non aux guerres et aux frontières. Je vois surtout l’Europe comme une sorte de projet qui est en changement constant avec une volonté de toujours améliorer la qualité de vie de ses habitants. Je trouve également que ce qui fait la richesse de l’Europe c’est le mélange culturel.

Pourquoi as-tu décidé de faire un stage au CIED ?

Quand j’ai commencé à envoyer des CV et Lettre de motivations pour réaliser mon stage, je me suis dit que je voulais d’abord essayer dans le monde du journalisme. Puis, en réfléchissant bien je voulais quelque chose de différent mais enrichissant comme stage. Étant donné que j’aime avoir un contact avec d’autres cultures et connaitre d’autres pays, je me suis dit que le Pôle des Relations Internationales serait une bonne idée, d’autant plus je voulais avoir plus d’informations sur ce que Clermont-Ferrand, la ville qui m’accueillit, avait comme projets. De même quand j’ai su que je serais également au CIED ça serait d’autant plus intéressant puisque je pourrais me rendre compte de ce que fait vraiment l’Europe et surtout ce que fait Clermont-Ferrand en lien avec d’autres pays européens. Mon objectif était surtout d’avoir un nouveau défi et sortir de ma zone de confort. Je peux dire que je suis très satisfaite d’avoir eu cette opportunité et qui est sans doute un stage qui me plaît énormément.

En tant que citoyenne européenne imprégnée d’une double culture européenne (France et Portugal) que t’évoque la notion de citoyenneté européenne ?

Cela m’évoque surtout la richesse de pouvoir m’imprégner dans des différentes cultures. Je trouve que la citoyenneté européenne ne vient pas remplacer la citoyenneté nationale, dans mon cas portugaise, et au contraire la complète. En tant que citoyenne européenne ce que j’apprécie essentiellement avec l’Europe c’est la liberté qui règne et que dû à tous les problématiques auxquelles on assiste dans certains autres pays en dehors de l’Union Européenne, on se rend compte que grâce à l’Europe on a cette chance de la notion de liberté à laquelle parfois on ne donne pas assez de valeur. De même, le fait de pouvoir me déplacer d’un pays à l’autre avec des frontières qui « n’existent pas ». Je peux également dire que grâce à la citoyenneté européenne, je me sens comme que protégée, même n’étant pas dans mon pays d’origine.

En quoi as tu ressenti l’impact de l’UE avant de venir faire ce stage ?

Comme je l’ai évoqué, c’est essentiellement la liberté, et le fait de voyager plus facilement, surtout que je fais souvent de voyages entre France et Portugal. On à la mobilité facilitée, ce que je trouve génial puisque si on a envie de passer un week-end dans un pays européen, il ne faut pas avoir toute la paperasse qui parfois prend du temps à le faire. Il y aussi le fait que j’ai le choix d’étudier ou de travailler sur un territoire d’autres pays membres de l’Union Européenne.

.